Theophilos

Michael D. O’Brien, Salvator 2012, 446 p.

Qui est le mystérieux Theophilos auquel Luc adresse son évangile ainsi que le récit qu’il fait des Actes des Apôtres ?
Si l’exégèse moderne ne sait en retrouver les traces, M.-D. O’Brien, lui, brosse avec saveur le portrait d’un homme éduqué et assoiffé de vérité dont il fait le père adoptif de Loukas, le futur évangéliste. Médecin humaniste et philosophe, Theophilos, qui a arraché le jeune Loukas à l’épidémie de peste dont il est sorti orphelin, sera à son tour happé par la soif de vérité qu’il découvrira dans le cœur de ce jeune homme qu’il a lui-même formé à la médecine.
Ce nouveau roman de Michael D. O’Brien - tour à tour journal intime d’un homme qui place la raison au-dessus de tout et investigation minutieuse de l’affaire Yeshua, ce Galiléen, dont certains affirment qu’il est ressuscité des morts et qui a volé à Theophilos et son épouse Paeonia leur fils adoptif Loukas - offre au lecteur une plongée troublante et puissante au cœur de l’Empire romain des premières décennies du christianisme, faisant défiler magistralement des personnages familiers au lecteur du Nouveau Testament dont il vient renouveler la lecture. Qui sont ces disciples de Yeshua, de doux rêveurs séduits par ce nouveau mythe ou les témoins éclairés d’une réalité qui échappe à l’œil de la raison ?