La ferveur de l’Esprit

Gilles Férant, EDB, nov. 2013, 124 p.

« La ferveur n’est pas un état de débutant dans la foi. Elle est une forme de jeunesse dans la foi qui se perpétue à cause de l’émerveillement permanent. »

Alors que Saint Paul écrit aux chrétiens : « d’un esprit fervent, servez le Seigneur » (Rm 12, 11) saint Jean, dans le livre de l’Apocalypse, met dans la bouche de l’ange la célèbre prophétie : « Les tièdes, je les vomis de ma bouche. » (Ap 3, 15)
Ces deux paroles soulignent, chacune à sa façon, l’importance de la ferveur dès les premiers temps de l’Histoire de l’Église et combien, dès cette époque les auteurs, spirituels affirmaient qu’il est plus à craindre de manquer de ferveur que d’en avoir à l’excès.
Qui sont les tièdes dont il est question ? Quels sont ces états de tiédeur qui menacent tout chrétien ?
A travers une lecture de l’Apocalypse, le but de ce petit ouvrage est de conduire le lecteur dans un réveil spirituel.

Gilles Férant est frère et prêtre au couvent des dominicains de Rennes. Il exerce son ministère dans le cadre de l’apostolat du Rosaire. Il prêche aussi dans des conventions et des retraites.