L’espérance du Cardinal

Olivier Le Gendre, Lattès, 2011

Cinq ans après les "Confession d’un cardinal", le dialogue entre Olivier Le Gendre et le cardinal reprennent et donne lieu à un dialogue intense et empli d’espérance.

Il y a cinq ans, le cardinal et Olivier Le Gendre commençaient un dialogue d’une étonnante franchise sur l’Église, son fonctionnement et ses principales prises de position jusqu’à la disparition de Jean Paul II et l’élection, dans un climat de panique, de son successeur. Ces rencontres ont donné lieu à un ouvrage, Confession d’un cardinal, qui a suscité d’intenses débats dans la communauté catholique.

Ces entretiens ont repris début 2010, mais le climat a changé : Olivier Le Gendre a connu l’épreuve d’une grave maladie et le cardinal s’est plongé encore davantage dans le monde des plus défavorisés. Le ton de leurs nouveaux échanges est plus profond, plus spirituel, calme et passionné.

Peut-on encore avoir confiance dans le fonctionnement de l’Église ? Ses défaillances n’empêchent-elles pas que le message du Christ soit entendu : attention aux plus démunis, humilité, charité...

L’organisation de l’Église n’est-elle pas inefficace à cause d’une hiérarchie qui n’a plus de prise sur la réalité de la vie des chrétiens ? Benoît XVI est-il bien entouré ? Faut-il donner plus d’autonomie aux Églises locales ? L’Église est-elle encore un lieu qui répond a l’espérance des hommes ?

Olivier Le Gendre doute, le cardinal est lucide : « Nous sommes dans une Église étrange, capable souvent du meilleur et nous laissant parfois surprendre par le pire. »