L’année où mon père est mort

Anselm Grûn, DDB, 2012

Soixante-dix lettres d’une correspondance entre Leo Fijen et le bénédictin de l’abbaye de Münsterschwarzach qui abordent les questions clés de l’existence : la mort, le deuil, la solitude, le souvenir, les liens familiaux et la force de la foi. Cet échange l’aidera à traverser une période douloureuse durant laquelle il perdra sa mère et enterrera son père.