Heureux les simples

Jean-Marie Pelt, Flammarion, 2011

Non, les saints ne sont pas tristes ! À l’heure où pullulent les stars médiatiques, Jean-Marie Pelt dépoussière ces modèles enfermés dans leur niche, ou tellement proches que nous ne les voyons pas. Nous découvrons des vies incroyables ou minuscules, et dont nous ignorions qu’elles étaient si romanesques.

Sait-on ce que l’école laïque doit à Jean-Baptiste de La Salle ? Se souvient-on du saint des clochards, Benoît-Joseph Labre, ou de celui des loubards, Philippe Néri ? L’auteur évoque, non sans humour, la résistance des vierges martyres épuisant leurs bourreaux ; il s’enflamme à l’évocation des visionnaires et des écologistes ; il n’oublie pas les saints bouddhistes, indiens ou musulmans, ni non plus sa gouvernante ou son coiffeur, dignes également de prendre part à cette assemblée.

Toutes ces figures ont un point commun : avoir porté l’amour de Dieu, des hommes et de la nature à sa plus haute incandescence. Heureux les simples qui, comme les fleurs du même nom, révèlent leurs pouvoirs à qui sait les cueillir - et en route pour ce pèlerinage où le sublime côtoie le burlesque, mais où la joie est toujours présente !

Cliquez ici pour lire l’avis d’un de nos lecteurs sur Heureux les simples !