François et les pauvres - Entre aumone et partage

Marco Bartoli, éditions franciscaines, 2012

Lorsque, à la suite de nombreuses villes, Assise a publié un arrêté interdisant la mendicité dans ses murs, les « indignées » furent des sœurs cloitrées : quinze monastères de clarisses ont signé une pétition demandant l’abrogation de cet arrêté.

Cet épisode fut le point de départ d’une étude passionnante de l’historien médiéviste italien Marco Bartoli. Après un chapitre sur la situation concrète des pauvres au XIIIe siècle, l’auteur analyse la relation de François avec les plus pauvres ; une relation qui s’enracine dans sa découverte du Christ, qui pour nous s’est fait pauvre et humble. François reconnaît en chaque personne le visage du Christ et il vient à elle en frère pauvre, tissant des liens, non de subordination, mais de fraternité.

Très vite, une tension se fait jour dans l’Ordre Franciscain entre les tenants d’un partage de vie avec les plus pauvres, notamment les lépreux, et les frères vivant une pauvreté personnelle mais coupés des pauvres réels.

Marco Bartoli nous guide à travers les écrits de François et des premiers biographes franciscains pour étayer son étude, à la pointe de la recherche historique tout en restant accessible à un large public. Ce livre donne un éclairage saisissant de l’actualité de l’approche franciscaine, non de la pauvreté en général, mais d’une vie partagée avec les pauvres, soulignant ainsi leur dignité et leur place centrale dans la société. Le degré de développement humain d’une société ne se mesure-t-il pas à sa capacité à donner une place à tous, et particulièrement aux plus faibles ?