Des enfants-otages dans les coflits d’adultes

Odile Barral, Eres, 2013, 173 p.

Aurélien, Chloé, Alisson et Grégory, envahis par la souffrance de leurs proches ne peuvent se reconnaître le droit d’avoir des relations heureuses avec l’ensemble de leur famille. La guerre et la barbarie ont dépouillé Isabel et Samuel de leur enfance, menant ce dernier à devenir en France un « mineur isolé étranger » dormant dans la rue.

Au moment où le discours social et médiatique se focalise majoritairement sur la délinquance des mineurs, Odile Barral, juge des enfants pendant de nombreuses années, a choisi de raconter six histoires d’enfants-otages (enfants-miroirs, enfants-boucliers, enfants-trésors de guerre...) pris dans des conflits d’adultes, en se plaçant « à hauteur d’enfant ».

En adoptant le strict point de vue de l’enfant prisonnier dans les déchirures des adultes, elle veut donner à penser la place de l’enfant dans notre société et réaffirmer la spécificité des droits de l’enfance : le premier d’entre eux étant de pas décider comme un adulte en miniature et de ne pas devoir assumer la culpabilité de choix douloureux.